RESTER DEBOUT BRULE PLUS DE CALORIES QUE RESTER ASSIS OU COUCHE

 

Une nouvelle recherche soutient l'idée que passer plus de temps debout pendant les heures de veille peut aider à contrecarrer certaines des conséquences négatives des modes de vie sédentaires.

 

Une nouvelle recherche révèle que rester debout consomme plus d'énergie que s'asseoir ou se coucher et compense le sédentarisme.

Par rapport à la position assise ou couchée pendant le même temps, rester debout consomme plus d'énergie. Cela pourrait aider à brûler des calories qui, sinon, finiraient par emmagasiner les graisses.

Celles-ci figurent parmi les conclusions et conclusions d’une étude récente de PLOS One réalisée par l’Université de Grenade (UGR), en Espagne.

De nombreux scientifiques pensent que rester couché, assis ou debout consomme différentes quantités d'énergie.

Cependant, jusqu'à la récente étude, personne n'avait quantifié les différences d'énergie entre les trois comportements.

Dans la nouvelle enquête, l’auteur correspondant, Francisco J. Amaro-Gahete et ses collègues, ont calculé que le corps dépensait 45 kilocalories supplémentaires par période de 6 heures debout, par rapport à la position couchée ou assise.

L'équipe a trouvé peu de différence significative dans la dépense énergétique entre couché et assis.

Risques pour la santé en position assise prolongée

"Nous, les Espagnols, passons chaque jour entre 8 et 10 heures assis ou couchés, sans compter les heures de sommeil", explique Amaro-Gahete, étudiante en doctorat. en biomédecine à l'UGR.

La séance prolongée est également courante aux États-Unis. Une étude réalisée en 2018 par les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a révélé qu'environ 25% des Américains passaient plus de 8 heures par jour assis.

 

Plus d'activité physique liée à une vie plus longue

Les chercheurs ont découvert un lien clair entre faire plus d'activité physique - même des exercices légers, comme la marche - et un risque moins élevé de décès prématuré.

LISEZ MAINTENANT

 

Les nouvelles découvertes font suite à de nombreuses études sur les risques que présente une position assise prolongée pour la santé et sur les avantages de la réduire.

Une étude de 45 ans a conclu qu'être inactif physiquement était le deuxième facteur en importance après le tabagisme en tant que facteur de risque de décès prématuré.

Même de courtes périodes d'activité peuvent réduire les risques d'un mode de vie sédentaire pour la santé, selon d' autres recherches qui ont passé en revue des dizaines d'études.

Une autre étude portant sur des adultes d'âge moyen et plus âgés a également révélé qu'une assise prolongée peut nuire au cerveau. Même des niveaux d'activité physique élevés ne semblent pas faire de différence.

"Par conséquent, si nous prenons des mesures pour lutter contre le style de vie sédentaire en apportant de petits changements au mode de vie", suggère Amaro-Gahete, "cela pourrait réduire le risque de développer des maladies telles que l' obésité ou le diabète de type 2 ".

Épargnants vs dépensiers d'énergie

Pour la nouvelle étude, les chercheurs ont mesuré l’énergie dépensée au cours des heures passées en position assise, couchée et debout chez 55 adultes en bonne santé. L'âge moyen des volontaires était de 21,7 ans et 69% d'entre eux étaient des femmes.

L'équipe a utilisé une méthode non invasive appelée calorimétrie indirecte pour mesurer la dépense énergétique dans chacune des trois positions: assise, debout et couchée.

La calorimétrie indirecte est l’un des moyens les plus précis et les plus sensibles de mesurer la consommation d’énergie d’une personne de manière non invasive.

La méthode mesure la dépense d'énergie à partir de la quantité d'oxygène utilisée par le corps et de la quantité de dioxyde de carbone qu'il libère.

En plus de démontrer que, de manière générale, la position debout consomme plus d'énergie que la position assise ou couchée, l'étude a révélé que les participants appartenaient à deux types d'utilisateurs de l'énergie: les épargnants et les dépensiers.

Il semble que les consommateurs consomment plus d'énergie lorsqu'ils passent de la position couchée ou assise à la position debout.

"Les épargnants consomment très peu d'énergie dans leurs activités et, par conséquent, la différence entre être assis [et] couchés ou debout est pratiquement nulle pour eux", explique Amaro-Gahete.

Les dépensiers, en revanche, consomment environ 10% plus d’énergie quand ils se mettent debout ou debout, ajoute-t-il.

La masse musculaire pourrait être un facteur

Les chercheurs tentent toujours de comprendre pourquoi certaines personnes économisent de l’énergie et d’autres dépensent de l’énergie.

La réponse à cette question pourrait aider à expliquer pourquoi certaines personnes maigrissent difficilement tandis que d'autres le font avec facilité.

En conclusion, les chercheurs suggèrent que les personnes occupant des emplois sédentaires, tels que les employés de bureau, devraient passer plus de temps debout.

Bien que les résultats semblent soutenir l'utilisation de bureaux que les personnes peuvent ajuster pour leur permettre de travailler debout, il existe d'autres moyens de contrer les effets d'une séance prolongée.

L’important est de changer de poste, déclare l’auteur principal de l’étude, Jonatan R. Ruiz, Ph.D., professeur associé à la Faculté des sciences du sport de l’UGR.

"Si une personne devait se lever, faire dix pas et se rasseoir, il semblerait que les effets d'un mode de vie sédentaire seraient considérablement réduits."

Jonatan R. Ruiz, Ph.D.