L'UTILISATION DE MULTIVITAMINES PENDANT LA GROSSESSE POURRAIT-ELLE PROTEGER LES ENFANTS DE L'AUTISME?

Le risque d'autisme peut être réduit chez les enfants dont les mères utilisent des multivitamines pendant la grossesse. C'est la découverte d'une nouvelle recherche publiée dans The BMJ .

 

Les chercheurs ont lié l’utilisation de multivitamines au cours de la grossesse à un risque moins élevé d’autisme chez les enfants.

Le co-auteur de l'étude, Brian K. Lee, de la Dornsife School of Public Health de l'Université Drexel de Philadelphie, en Pennsylvanie, et ses collègues affirment que leur étude est uniquement observationnelle, mais que les résultats suggèrent que l' utilisation de vitamines prénatales pour la prévention de l' autisme devrait faire l'objet d'une étude plus approfondie. .

L'autisme, également appelé trouble du spectre de l'autisme (TSA), fait référence à un certain nombre de conditions qui affectent le développement, entraînant des problèmes d'aptitudes sociales, de communication et de comportement. Les personnes atteintes d'autisme peuvent également avoir une déficience intellectuelle, telle que des problèmes de pensée et d'apprentissage.

Selon les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), environ 1 enfant sur 68 aux États-Unis vit avec l'autisme, contre 1 sur 150 en 2002.

Un certain nombre d'études ont suggéré que le régime alimentaire d'une mère pendant la grossesse pouvait influer sur le risque d'autisme chez les enfants. Une étude publiée en 2013, par exemple, a suggéré que les femmes qui avaient un apport élevé en acides gras oméga-3 et oméga-6 pendant la grossesse avaient environ un tiers moins de chances d'avoir des enfants autistes.

La nouvelle étude de Lee et de son équipe s’appuie sur ces résultats, après avoir découvert que l’utilisation de multivitamines pendant la grossesse pouvait être liée à une réduction du risque d’autisme chez les enfants.

Multivitamines et risque d'autisme

La recherche a concerné 273 107 couples mère-enfant identifiés par le biais d'un registre de la population en Suède. Les enfants sont nés entre 1996 et 2007 et ont été suivis jusqu'en 2011, alors qu'ils étaient âgés de 4 à 15 ans.

L'utilisation des suppléments par les mères lors de leur première visite prénatale a été évaluée et les paires ont été réparties dans l'un des six groupes suivants: suppléments de fer uniquement; suppléments d' acide folique seulement; suppléments de fer et d'acide folique; multivitamines seulement; multivitamines avec du fer; et multivitamines avec de l'acide folique.

 

Fièvre pendant la grossesse liée à un risque plus élevé d'autisme

Les chercheurs suggèrent que les mères qui font de la fièvre pendant la grossesse pourraient être plus susceptibles d'avoir des enfants autistes.

LISEZ MAINTENANT

 

Les données sur le diagnostic de l'autisme chez les enfants ont été recueillies à l'aide de registres de santé informatisés en Suède.

Les chercheurs ont découvert que les enfants nés de mères ayant utilisé des multivitamines pendant la grossesse - "avec ou sans apport supplémentaire de fer ou d'acide folique" - étaient moins susceptibles de souffrir d'autisme avec une déficience intellectuelle que les mères n'utilisant pas ces suppléments.

L’équipe a noté qu’il n’existait aucun lien cohérent entre l’utilisation de l’acide folique, des suppléments de fer, ou les deux pendant la grossesse, et un risque moins élevé d’autisme chez les enfants.

Une enquête plus poussée est nécessaire

Comme cette étude est purement observationnelle, les chercheurs affirment qu’ils ne sont pas en mesure de prouver la relation de cause à effet entre l’utilisation de multivitamines pendant la grossesse et la réduction du risque d’autisme chez les enfants.

"Compte tenu de la compréhension actuelle et de la force des données probantes à l'appui de l'importance de la supplémentation nutritionnelle pendant la grossesse," ces résultats, à eux seuls, ne devraient pas changer les pratiques actuelles. "

Les chercheurs soulignent également certaines limites de l’étude. Par exemple, elles n’ont pas été en mesure d’évaluer les modifications apportées à l’utilisation des suppléments chez les mères après leur première visite prénatale. "Il est possible que le supplément rapporté n'ait pas été pris ou qu'un supplément ait été pris mais non rapporté", ont-ils noté.

Néanmoins, l’équipe estime que ses résultats méritent d’être approfondis. Les auteurs concluent:

"Unesupplémentation multivitaminique maternelle pendant la grossesse peut être inversement associée à un TSA présentant un handicap mental chez la progéniture. Un examen plus approfondi de la nutrition maternelle et de son rôle dans la cause de l'autisme est recommandé."