LE BONHEUR PEUT RESIDER DANS 1 HEURE D'ECRAN CHAQUE JOUR

Avec chaque nouvelle technologie, une vague de panique s’ensuit qui risque de ruiner nos vies pour toujours, et les smartphones ne font pas exception. Une nouvelle étude ajoute au débat une raison d’esprit bien nécessaire, en soulignant un point qui, bien qu’évident, semble échapper à la plupart d’entre nous: «Modération. Est. Clé.'

 

La nouvelle technologie rend-elle les adolescents malheureux? Le verdict est dans: pas ... vraiment.

Lorsque le téléphone est apparu pour la première fois à la fin des années 1800, certaines personnes avaient peur de le toucher car elles craignaient un choc électrique, et les fidèles le considéraient comme un instrument du diable .

La télévision a fait peur aux gens sur le plan moral; La télévision nuirait à "la conversation, à la lecture et aux habitudes de vie de la famille", inquiétaient les critiques, et "cela aboutirait à une vulgarisation accrue de la culture américaine".

Enfin - et curieusement - l’arrivée des ordinateurs personnels a amené la "panique morale" à un niveau sans précédent : CNN a publié un article intitulé "Email 'blesse plus le QI que le pot" ", a rapporté le Telegraph selon lequel" les générations de Facebook et de MySpace "ne peuvent créer de relations , '' alors que le Daily Mail publiait fièrement le billet "Comment utiliser Facebook pourrait augmenter votre risque de cancer ."

En ce qui concerne les smartphones et les médias sociaux, les parents, en particulier, ont tendance à paniquer face au développement moral de leurs enfants et à leur bien-être général, craignant que les médias sociaux corrompent les jeunes et gâchent leurs chances d'être heureux.

Bien qu'il soit évidemment nécessaire d' exercer un certain contrôle et de faire preuve de retenue, nous devons appliquer aux nouveaux médias et aux nouvelles technologies le même principe que nous appliquerions aux graisses alimentaires, à l'alcool, à l'amour ou même à l'exercice: tout avec modération!

Cela semble être la principale conclusion d'une nouvelle étude visant à déterminer si les smartphones rendent vraiment nos adolescents heureux ou malheureux.

Une heure d'écran quotidienne peut être idéale

Jean M. Twenge, l'auteur principal de l'étude, professeur de psychologie à la San Diego State University, et ses collègues ont également examiné les données disponibles dans le cadre d'une vaste enquête menée auprès de plus d'un million d'adolescents américains.

L'enquête comportait des questions sur le temps passé par les adolescents sur leurs smartphones, leurs tablettes et leurs ordinateurs, ainsi que sur la fréquence des interactions en face à face avec leurs pairs. Les adolescents ont également été interrogés sur leur niveau général de bonheur et de bien-être.

Dans l’ensemble, l’étude a révélé que les adolescents qui signalaient plus de temps "à l’écran" étaient en moyenne moins heureux que ceux qui passaient plus de temps "dans la vie réelle".

Faire du sport ou avoir plus d'interaction sociale face à face est associé à plus de bonheur, alors que l'envoi de SMS, des jeux vidéo, l'utilisation des médias sociaux et de la messagerie instantanée sont associés à moins de bonheur.

D'autre part - et c'est là qu'intervient la modération - l'abstinence totale à l'écran ne correspond pas non plus au bonheur. En fait, les adolescents les plus heureux ont déclaré utiliser les médias numériques un peu moins d’une heure par jour.

 

Pour être plus heureux, prenez un moment pour remarquer la nature qui vous entoure

Si la réduction du temps d'écran ne fonctionne pas, essayez plutôt ceci.

 

Fait intéressant, après cette heure, les niveaux de malheur ont commencé à augmenter proportionnellement à l’augmentation du temps passé devant un écran.

"La clé de l'utilisation et du bonheur des médias numériques est une utilisation limitée [...] L'objectif est de ne pas consacrer plus de deux heures par jour aux médias numériques et d'essayer de passer plus de temps à voir des amis face à face et à faire de l'exercice. - deux activités liées de manière fiable à un plus grand bonheur. "

Jean Twenge

Cela semble raisonnable, n'est-ce pas? Bien que les recherches du professeur Twenge aient été critiquées dans le passé pour avoir ajouté au discours alarmiste qui entoure les nouvelles technologies, nous pensons que sa nouvelle étude propose une idée assez sensée: la technologie, comme toute autre chose, peut être utilisée, mais ne doit pas être utilisée de manière abusive.